Le fleuret

[Extrait WIKIPEDIA]

Le fleuret

info_f1_150px-fencing_foil_valid_surfaces_2009-svg
En rouge, aire de touche au fleuret, règlement FIE 2009

Le fleuret a été créé au xviie siècle pour servir d’arme d’entraînement et d’étude. C’est la seule arme qui ne soit jamais sortie des salles d’escrime (contrairement au sabre qui a servi sur les champs de bataille et l’épée qui a été utilisée pour le duel).

C’est une arme légère — 500 grammes pour une longueur de 110 cm — et flexible dont la section de lame est rectangulaire. La touche se fait avec la pointe uniquement.

Le fleuret est une arme d’étude, il est en général la première arme enseignée aux débutants, bien qu’elle soit aussi pratiquée en compétition. En fait, le choix de la première arme enseignée dépend du club et du maître d’armes. Son nom vient de la fleur de laine, autrefois enroulée au bout de la lame pour éviter les blessures. Dans le passé, les femmes n’étaient autorisées à tirer qu’au fleuret et la légèreté de l’arme en rendait son maniement aisé pour les enfants. De nos jours, bien qu’il soit conseillé d’apprendre au moins les principes fondamentaux du fleuret, les escrimeurs peuvent commencer avec n’importe laquelle des trois armes.

L’aire de touche au fleuret est restreinte, c’est un héritage du temps où les équipements de sécurité étaient limités. Les coups au visage étant auparavant dangereux faute de masque, la tête n’est pas une cible valide. L’aire fut réduite au tronc seul, zone où les coups portés seraient potentiellement les plus dangereux si les armes n’étaient pas, fort heureusement, neutralisées. Au fleuret, comme au sabre, il est strictement interdit de « substituer » une surface valable (tronc) par une surface non valable (ex. bras ou tête).

Le règlement international de 2009 dispose que la bavette (partie sous le masque) doit être conductrice.

info_f2_260px-esgrima_jogos_panamericanos_1_14072007

Assaut au fleuret lors des jeux panaméricains

Le fleuret est une arme d’estoc seulement. L’action offensive de cette arme s’exerce donc par la pointe et par la pointe seule. Comme au sabre, on doit respecter des conventions lors d’un assaut. Il n’y a donc pas de « coup double ». En cas de touches simultanées, la touche est accordée au tireur qui avait la priorité. Cette priorité dépend de la phrase d’armes déterminée par la convention du fleuret. Si aucun des tireurs n’avait la priorité, aucune touche n’est accordée.

Dans les petites catégories, la pointe protégée par un composant, en forme de bille en caoutchouc appelée « mouche », permet les assauts courtois sans risque de blessure durant l’entraînement d’escrime.

Dans les grandes catégories, l’arme à « pointe sèche » a été remplacée par une arme électrique dont le bout se termine par une « tête de pointe » (sorte de bouton métallique sur ressort) qui, reliée à l’appareil, permet d’indiquer les touches pendant l’assaut.

Au fleuret, il faut 500 grammes de pression sur le bouton pour qu’une lampe s’allume indiquant que l’adversaire a été touché (soit verte ou rouge dans une partie valable ou blanche dans une partie non valable).

Philippe Omnès, célèbre fleurettiste français des années 1980-1990, définit ainsi son arme favorite :

« À mon sens, le fleuret est l’arme de référence de l’escrime. La maîtrise technique que nécessite sa pratique est tout d’abord un handicap, mais à terme se retrouve être un atout pour profiter pleinement de l’escrime. Car c’est à travers la technique du fleuret qu’apparaît le mieux la phrase d’armes, véritable conversation entre les tireurs par l’intermédiaire des lames. Le rythme des assauts de fleuret peut être retenu, comme à l’épée, ou au contraire très vif, comme au sabre. »